Logo NutriSimple Votre Nutrionniste Partenaire Santé
Prostate : parlons prévention et Movember Prenez rendez-vous


Imprimer cette page
Retour aux chroniques

Prostate : parlons prévention et Movember

Marlène Bouillon, Ph.D. par Marlène Bouillon, Dt.P., Ph.D., Nutritionniste-Diététiste et docteure en physiologie/endocrinologie, Vice-présidente aux opérations et directrice scientifique

Prostate : parlons prévention et Movember

Le cancer de la prostate touche durement les hommes, les statistiques canadiennes de 2020 parlent d'elles-mêmes. De nombreux facteurs de risque tels que l'âge, l'ethnie et les antécédents familiaux (susceptibilité génétique) y sont pour beaucoup dans le développement du cancer de la prostate. Malheureusement, ces facteurs ne peuvent pas être modifiés.

undefined

Ce qui est fort intéressant, par contre, c'est qu'une équipe de recherche, sous la direction de Marie-Elise Parent de l'INRS, a mis en lumière une association entre de saines habitudes alimentaires et un risque moindre de cancer de la prostate dans la revue Nutrients. En revanche, la consommation de sucreries et boissons gazeuses était associée à un risque plus élevé de cancer, notamment de cancers plus agressifs. On mentionne dans l'article que le risque est particulièrement élevé pour les hommes qui ne préparent pas leurs repas, notamment parce qu'ils se tournent davantage vers des aliments ultra-transformés et des plats préparés, lesquels renferment des composés qui peuvent avoir des effets délétères sur la santé.


On vous propose donc de :

  • Limiter l'apport en aliments et breuvages riches en calories : chocolat, croustilles, biscuit, restauration rapide, boissons gazeuses, boissons aux fruits, boissons énergisantes, etc.;
  • Augmenter la consommation de légumes, fruits, grains entiers, légumineuses, noix et graines;
  • Limiter la consommation de viandes rouges (500 g maximum par semaine) et charcuteries (le moins possible);
  • Limiter la consommation d’alcool aux recommandations de maximum 2 consommations par jour pour les femmes et 3 chez les hommes avec 2 jours sans alcool par semaine;
  • Éviter les méga-doses de suppléments qui peuvent être nocifs.


Parallèlement, il semblerait que l'adiposité (totale et centrale) augmenterait la mortalité par cancer de la prostate en raison de phénomènes hormonaux et inflammatoires.

Heureusement, les nutritionnistes-diététistes peuvent vous aider à réduire votre risque par l'intermédiaire de l'acquisition de saines habitudes et de l'aide à la planification de repas, par exemple.

Enfin, n'oubliez pas de suivre attentivement les divers médias lors du mois de novembre, mois dédié au cancer de la prostate, afin de vous tenir à jour sur les avancées médicales et nutritionnelles. D'ailleurs, un projet de recherche panquébécois regroupant plus de 2000 hommes se penche sur la relation entre les habitudes de vie, les biomarqueurs et le risque de cancer de la prostate (Programme GRéPEC) dans un but de prévention. Le tout est sous la supervision du Dr Vincent Fradet, médecin spécialiste, professeur au Département de chirurgie et chercheur en uro-oncologie au Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval.

 

Lectures complémentaires
https://www.lapresse.ca/societe/sante/2019-10-22/une-etude-associe-produits-laitiers-et-cancer

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17311344/

World Cancer Research Fund International/American Institute for Cancer Research Continuous Update Project Report: Diet, Nutrition, Physical Activity, and Prostate Cancer. 2018. https://www.wcrf.org/wp-content/uploads/2021/02/prostate-cancer-report.pdf

Conférence du Dr Fradet: https://www.youtube.com/watch?v=zIAFTYpzqAM&feature=youtu.be

Partout au Québec 514-990-7128 418-317-1288
Sans Frais 1-877-427-6664

Changez votre vie en un seul clic!

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons afin de fixer un rendez-vous au moment qui vous convient le mieux.


Logo Spinner NutriSimple