Logo NutriSimple Votre Nutrionniste Partenaire Santé
Retour aux chroniques

L’obésité n’est plus qu’une question de poids selon la nouvelle ligne directrice de l’obésité chez l’adulte !

L’obésité n’est plus qu’une question de poids selon la nouvelle ligne directrice de l’obésité chez l’adulte !

Guide de référence pour les professionnels de la santé qui souhaitent accompagner de manière adéquate les individus présentant de l’obésité, la nouvelle ligne directrice canadienne de pratique clinique de l’obésité chez l’adulte a été publiée en août 2020 dans le Journal de l’Association médicale canadienne (CMAJ). Elle apporte un vent de renouveau à la mouture de 2006. 

Avec plus de 500 000 articles analysés, elle représente un consensus qui traite un large éventail de questions entourant l’obésité. Cet impressionnant guide, comportant 19 chapitres, couvre une panoplie d’axes d’interventions! Sans plus attendre, découvrez quelles sont les grandes lignes à retenir...     

 

L’obésité est une maladie chronique : un précédent !

On s’éloigne de la définition de l’obésité reposant sur un IMC (indice de masse corporelle) de plus de 30 kg/m2. On y intègre la mesure du tour de taille (permet d’évaluer l’adiposité viscérale) et on posera un diagnostic d’obésité que si et uniquement si une personne présente un IMC >30 kg/m2 et un surplus d’adiposité qui nuit à sa santé, augmente les risques de complications médicales à long terme, et peut réduire son espérance de vie. 

Avec une telle définition, ce qu’il faut retenir, c’est que l’obésité est une maladie chronique évolutive et la conséquence de nombreux facteurs (biologiques, comportementaux, psychologiques et physiques) qui interagissent entre eux de manière complexe. Cette condition n’est plus mise sur le compte de la personne, mais bien sur les aspects qui composent et /ou entourent sa vie, notamment la génétique, les conditions socioéconomiques, la médication et plusieurs autres qui favorisent la prise de poids. 

  

« Manger moins et bouger plus » : ce n’est plus aussi simple maintenant !

Auparavant, les messages visant la promotion de saines habitudes de vie scandaient le slogan « Manger moins et bouger plus ! » afin de contrer « l’épidémie » d’obésité. Ainsi, les régimes amaigrissants véhiculaient l’idée que la perte de poids et la santé passaient par la restriction calorique et/ou la pratique intensive d’activité physique. Or, on sait maintenant que cette équation est loin d’être aussi simple. 

Maintenir une perte de poids à long terme est difficile, non pas en raison d’un manque de volonté ou de savoir-faire, mais plutôt à cause des mécanismes neurologiques compensatoires du corps qui tentent de le protéger en le ramenant constamment vers son poids initial en augmentant la sensation de faim. 

C’est pourquoi la nouvelle ligne directrice positionne plutôt les interventions nutritionnelles au cœur de la gestion de l’obésité. Ainsi, la meilleure approche nutritionnelle est celle qui pourra être maintenue à long terme afin d’obtenir des résultats liés à la santé et/ou au poids. On peut textuellement lire qu’on prône « […] une relation saine avec les aliments, prendre en compte le contexte social de l’alimentation et promouvoir des comportements alimentaires durables et réalistes pour l’individu. »     

On constate donc que la nutrition est essentielle et que la santé n’est pas synonyme du chiffre sur le pèse-personne. Dans cette optique, lorsqu’une personne vivant avec l’obésité est prête à faire des changements, on recommande de choisir des objectifs liés à la santé et aux comportements afin d’améliorer l’alimentation, et ce, avec l’aide d’un diététiste-nutritionniste clinicien. 

On mentionne , par exemple, qu’il n’existe pas un modèle « one-size-fits-all » en matière d’alimentation saine. On en propose d’ailleurs un large éventail.

Approches axées sur des catégories d’aliments :  légumineuses, fruits et légumes, produits laitiers, grains entiers, noix.

Approches axées sur des modèles d’alimentation : restriction calorique, méditerranéenne, Porfolio, végétarienne, faible indice glycémique, DASH, Nordique, jeûne intermittent, remplacements de repas.

Approches axées sur le style de vie avec une équipe multidisciplinaire : modification comportementale, counseling nutritionnel, remplacement partiel des repas, activité physique, éducation, autosurveillance/autosoins, médicaments, fréquents suivis.

Il faut donc choisir un modèle alimentaire qui nous ressemble et nous motive dans notre démarche vers une bonne santé afin de pouvoir le maintenir dans le temps, plutôt que de suivre une « diète » à court terme.

 

La stigmatisation et les préjugés : des obstacles au bien-être et aux interventions cliniques !

Avec cette nouvelle ligne directrice, on prend tout un virage !  Tout un chapitre est dédié à l’impact des préjugés et à la stigmatisation liés au poids. En mettant jadis l’accent que sur la perte de poids, cela a contribué à renforcer la stigmatisation et à perpétuer les préjugés auprès des gens vivant avec l’obésité ou ayant des corps plus grands en leur imputant la responsabilité de leur apparence physique lorsque les suggestions proposées s’avéraient un échec.   

La stigmatisation et les préjugés représentent un obstacle fondamental aux traitements médicaux adaptés et appropriés que les patients/clients vivant avec l’obésité sont en droit de recevoir en raison d’un manque de savoir-faire et de sensibilisation de certains professionnels de la santé. En les adressant, la ligne directrice tente non seulement de modifier les attitudes de ceux-ci, mais aussi celles de la société.

 

La place des diététistes-nutritionnistes cliniciens

Des études de grande envergure ont montré que la consultation nutritionnelle individualisée avec un diététiste-nutritionniste clinicien diminue le poids et l’IMC chez les participants ayant un IMC ≥ 25 kg/m2 par rapport aux soins habituels. De plus, chez les adultes atteints de diabète de type 2, les interventions d’un diététiste-nutritionniste clinicien a entraîné des réductions significatives de l'HbA1c, du cholestérol et de la pression artérielle systolique en plus du poids, de l’IMC et de la circonférence de la taille. L'enseignement livré par un diététiste-nutritionniste clinicien sous la forme « un à un » et/ou « de séances de groupe » pour la prévention du diabète de type 2 s'est avéré efficace. 

De même, les adultes vivant avec l’obésité ayant une intolérance au glucose (prédiabète) peuvent bénéficier d’une thérapie nutritionnelle pour améliorer leur contrôle glycémique et leur tension artérielle parallèlement à la perte de poids et la réduction du tour de taille. 

Enfin, il ne faut pas oublier que les personnes vivant avec l’obésité sont également à risque élevé de carences en micronutriments, incluant, mais sans s’y limiter, en vitamine D et B12, et en fer, conséquences de certains modèles alimentaires restrictifs et/ou de traitements de l’obésité (p. ex. : médicaments, chirurgie bariatrique). Raison de plus de s’allier un diététiste-nutritionniste clinicien !

 

  

En conclusion, l’obésité est une maladie chronique évolutive qui a des conséquences néfastes sur la santé, mais qui ne relève pas d’un manque de volonté ou de décisions uniquement sous la responsabilité de la personne. Au contraire, elle résulte d’une interaction complexe entre de multiples paramètres. Ainsi, il est primordial que les gouvernements et les professionnels de la santé se remettent en question sur les mesures appropriées pour une gestion efficace et bienveillante de cette condition. Des interventions multidisciplinaires individualisées qui mettent le patient/client au centre de la prise des décisions représentent des mesures qui permettent un suivi à long terme et une meilleure adaptation des soins. Parmi ces professionnels de la santé, nous retrouvons des diététistes-nutritionnistes cliniciens qui sont en mesure d’établir des interventions nutritionnelles permettant la réalisation d’objectifs spécifiques par le biais de conseils pouvant améliorer la santé et la qualité de vie. 


Pour toutes questions ou besoin d’aide en lien avec la nutrition, faîtes appel à notre équipe d’experts de la nutrition clinique, les diététistes-nutritionnistes de NutriSimple 

 

 

Référence

Brown J, Clarke C, Johnson Stoklossa C, Sievenpiper
J. Canadian Adult Obesity Clinical Practice Guidelines: Medical Nutrition Therapy in Obesity Management. 
Available from: https://obesitycanada.ca/guidelines/nutrition. Accessed [October 12, 2020]. 

Source image: Obésité Canada

Cette chronique a été rédigée par la stagiaire en nutrition de 4e année Lyna Hammouch et révisée par la conseillère scientifique de l'entreprise.

 

Partout au Québec 514-990-7128 418-317-1288
Sans Frais 1-877-427-6664

Changez votre vie en un seul clic!

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons afin de fixer un rendez-vous au moment qui vous convient le mieux.


Logo Spinner NutriSimple