Logo NutriSimple Votre Nutrionniste Partenaire Santé
Retour aux chroniques

Notre nutritionniste-diététiste vous explique la pertinence des collations dans le régime diabétique

Notre nutritionniste-diététiste vous explique la pertinence des collations dans le régime diabétique Imprimer cette page

Une personne vivant avec le diabète est souvent bombardée d'informations de toutes sortes. Heureusement, il y a des sources d'informations fiables comme le site de Diabète Québec. Malgré tout, il est fréquent de rencontrer dans nos bureaux un client ayant de nombreuses interrogations par rapport au régime alimentaire adapté à cette condition. 

 

NOTRE NUTRITIONNISTE-DIÉTÉTISTE VOUS explique le régime diabétique en lien avec la pertinence des collations 

Une de celles-ci est sans aucun doute la pertinence d'intégrer des collations. Les inquiétudes sont diverses ainsi que les mythes:

« Je n'ai jamais pris de collations. Devrais-je débuter? »

« L'introduction de collations nuira-t-elle à mes glycémies? »

« Quels sont les bons choix à favoriser? »

« L'intégration de collations me fera prendre du poids. »

« Si je me couche sans avoir pris de collation en soirée, ma glycémie est plus haute au réveil. Je n'y comprends rien! »

 

Prenons quelques minutes pour relativiser la situation et prendre une décision éclairée.

LES REPAS ESPACÉS ET/OU LES SIGNAUX DE FAIM

Une personne diabétique devrait manger tous les 4 à 6 heures. Si deux repas sont espacés de plus de 5 heures, une collation est donc fortement souhaitable. Il peut en être de même si vous ressentez la faim entre les repas (gargouillements, légère faim, creux dans l'estomac, etc.). Ainsi, vous éviterez une baisse de glycémie importante dans votre sang appelée hypoglycémie et ses symptômes désagréables (faim intense, fatigue soudaine, étourdissements, sueurs, palpitations, nausées, faiblesse, tremblements, etc.).

L'UTILISATION DE MÉDICAMENTS DE TYPE SÉCRÉTATOGUES OU L'INSULINE

L'insuline, peu importe son action (ultra-rapide, rapide, intermédiaire ou lente) ainsi que certains médicaments tels que Diamicron, Diabeta, GlucoNorm, Amaryl et Starlix, augmentent vos risques de souffrir d'hypoglycémie. En intégrant des collations, vous limitez les conséquences de ces molécules. 

UNE NOUVELLE CLASSE DE MÉDICAMENTS: LES INHIBITEURS D'INCRÉTINES

Cette nouvelle classe de médicaments a fait son entrée au Canada il y a quelques années. Mieux connus sous les noms de Januvia, Onglyza, Byetta ou Victoza, ces médicaments miment l'effet de certaines hormones intestinales et limitent les apports alimentaires durant le repas.  Ainsi, il se peut que vous ressentiez une légère perte d'appétit lors de repas et la faim entre ceux-ci.  Respectez vos signaux corporels et n'hésitez pas à prendre alors une collation.

LES PETITS MANGEURS

Si vous avez un petit appétit, il est souhaitable de manger peu à la fois, mais plus souvent. Les collations sont tout à fait indiquées dans cette situation afin d’éviter des carences nutritionnelles, des problèmes digestifs secondaires à des repas trop copieux et des fluctuations trop grandes des glycémies.

LE NIVEAU D’ACTIVITÉ PHYSIQUE

Plus le niveau d’activité est important, plus le corps nécessite des apports énergétiques. Ainsi, les collations deviennent un incontournable afin de maintenir un taux de sucre sanguin constant, éviter les hypoglycémies pouvant survenir jusqu’à 24 heures après un effort physique et favoriser une meilleure récupération. L’outil « La roulette de l’activité physique » peut s’avérer un excellent outil pour ajuster les collations par rapport à l’activité. Cet outil est disponible chez Diabète Québec ou à l’Association des Diabétiques de votre région.

LA GESTION DU POIDS

Environ 80 % des individus souffrant de diabète de type 2 sont obèses. Une perte de poids est souhaitable et peut être facilitée en intégrant 3 repas et 3 collations par jour. En mangeant moins, mais souvent, on obtient une restriction calorique en plus de favoriser une légère accélération du métabolisme. Bref, il est totalement faux de croire que les collations prédisposent à un surpoids. Il suffit de choisir les bons aliments et en quantité adéquate.

L’HYPOGLYCÉMIE NOCTURNE

Certains individus peuvent vivre des hypoglycémies nocturnes. Les symptômes se feront alors ressentir la plupart du temps au réveil : fatigue, glycémie plus haute que la veille, maux de tête, sueurs. La personne peut avoir l’impression d’avoir eu un sommeil agité, entrecoupé de cauchemars. Afin de remédier à cette situation, vous pouvez prendre votre glycémie en soirée. Selon le résultat, fiez-vous au tableau ci-bas pour consommer la collation adaptée à votre situation.

GLYCÉMIE EN SOIRÉE

VOUS DEVRIEZ CONSOMMER

Supérieure à 10 mmol/L

Aucune collation

Hydratation suffisante (eau, tisane, thé)

Entre 7,0-10,0 mmol/L

Une source de protéines

  • 25-30 g de fromage contenant moins de 20 % m.g
  • 1 oeuf à la coque
  • 30 ml de noix
  • 30 ml de graines de soya rôties

Inférieure à 7,0 mmol/L

Une collation complète

  • 1 rôtie de blé entier + 15 ml de beurre d’arachide
  • 100 g de yogourt grec aromatisé
  • 250 ml de lait
  • 1 pomme + 30 ml de noix non salées

 

Finalement, il ne reste plus qu’à faire le plein d’énergie. Pour une panoplie d’idées de collations équilibrées et variées, je vous invite à consulter les ressources suivantes :

  • Site Internet NutriSimple, section Recettes

Sur ce, bon appétit!

 

Références

http://www.diabete.qc.ca/fr/vivre-avec-le-diabete/alimentation/trucs-et-conseils/les-collations

 

Montréal et les environs 514-990-7128
Sans Frais 1-877-427-6664

Changez votre vie en un seul clic!

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons afin de fixer un rendez-vous au moment qui vous convient le mieux.


Logo Spinner NutriSimple