Logo NutriSimple Votre Nutrionniste Partenaire Santé
Retour aux chroniques

Aliments gras et dépression: une piste à suivre

Marlène Bouillon, Ph.D. par Marlène Bouillon, Ph.D., Nutritionniste et docteure en physiologie/endocrinologie

Aliments gras et dépression: une piste à suivre Imprimer cette page

Notre nutritionniste-diététiste vous parle d'aliments gras et de dépression

Les travaux de recherche de l'équipe de la professeure Stéphanie Fulton suggèrent que la consommation régulière d'aliments à teneur élevée en gras produirait des perturbations biochimiques dans le système de récompense du cerveau comparables à celles provoquées par certaines drogues illicites, favorisant ainsi l'apparition de symptômes similaires à ceux de  la dépression lorsque les effets s'estompent. Dès lors, on observerait l'instauration d'un cercle vicieux de type « Je mange parce que je suis déprimé et je suis déprimé parce que je mange. » 

Les résultats obtenus ont permis, en autres, de mettre en lumière une activité accrue de la molécule CREB (contribue à la formation des souvenirs) et des niveaux plus élevés de corticostérone (hormone associée au stress), ce qui se traduisait par des signes d'anxiété et de dépression chez les souris nourries de ces aliments riches en gras.

Pour la santé mentale, recherchez donc l'effet euphorisant... de l'activité physique! 

Sharma, S., Fulton, S. Diet-induced obesity promotes depressive-like behaviour that is associated with neural adaptations in brain reward circuitry. Int J Obes 2013;37(3):382-389.

Je mange parce que je suis déprimé et je suis déprimé parce que je mange

Superaliments BONHEUR

Montréal et les environs 514-990-7128
Sans Frais 1-877-427-6664

Changez votre vie en un seul clic!

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons afin de fixer un rendez-vous au moment qui vous convient le mieux.


Logo Spinner NutriSimple